FAITES OPPOSITION
SUR VOTRE CARTE RAPIDEMENT
* Les conditions tarifaires sont disponibles en bas de page
< Retour à la liste des articles 11/02/2017
Revenu universel : mythe ou mesure applicable ?
Revenu universel

La question agite le microcosme politique depuis quelques mois. La mesure s’appliquera-t-elle ou pas ? Même s’il apparaît sous des termes distincts, le principe du revenu universel garde ses grandes lignes. Pour ou contre un revenu de base pour tous ? Voici un décryptage de ce projet qui progresse en France et en Europe.

Que cache ce nouveau modèle de société ?

Inspiré d’un ancien modèle romain de gestion de la cité, il se résume en une allocation mensuelle fixe. En clair, chacun recevra un virement automatique d’un certain sur son compte Crédit Coopératif par exemple, et cela sans condition. L’éradication de l’extrême pauvreté constitue l’objectif visé par ce projet qui permettra aux plus vulnérables de subvenir à leurs besoins vitaux. Tout le contraire du système social actuel en France qui dépend du statut.

Que peut-on retenir du revenu universel ?

Né vers le 18e siècle et purement à caractère socialiste, il vise l’épanouissement et une meilleure condition de vie des citoyens.

Ce qu’en pensent les Français

Les intérêts pour cette allocation varient selon les individus et les convictions. Pour certains, il s’agit d’une solution pragmatique au vu de l’évolution du taux de chômage. Il permettrait de partager la richesse dans un monde où le travail n’existe plus. Pour les libéraux, cela renforcerait les prestations sociales actuelles. En France, les candidats aux primaires de la gauche, les verts, Charlotte Marchandise, Pierre Larrouturou représentent les personnages publics qui prônent la chose et qui la jugent opportune.

Les politiques et le revenu universel

Ce sujet constitue le chou gras des débats électoraux. Selon Manuel Valls, il ne s’agira pas de l’allocation universelle, mais décente. En effet, elle ne doit pas se verser à tous, mais aux personnes majeures avec des gains faibles. Selon l’ancien Premier ministre, il faudra changer l’accès aux services sociaux des plus démunis. Benoît Hamon préconise pour sa part une augmentation du revenu de solidarité active de 10% et une aide à l’existence à tous les jeunes de 18 à 25 ans. Puis :

  • Sylvia Pinel pense comme Valls
  • Jean-Luc Bennahmias supporte Hamon
  • Arnaud Montebourg pense qu’il faut rehausser les minima sociaux.

Quelles sont les incidences d’une telle innovation ?

La note pourrait s’alourdir en cas d’application du revenu universel. Cela s’élèverait à un peu moins de 200 milliards d’euros par an, soit 500 euros mensuels et peut se prolonger jusqu’à 400 milliards. Ce qui représente le 1/5 du PIB annuel de l’Hexagone. Pour Hamon du PS, l’État avec ses recettes fiscales, notamment les fruits de la lutte contre la fraude, financera la mise en œuvre.

Que se passe-t-il ailleurs en Europe ?

La Finlande semble bien avancée dans l’application du projet. Depuis le 1er janvier, 2000 demandeurs d’emploi de 25 à 28 ans sélectionnés recevront pendant deux ans une somme de 560 euros par mois comme revenu universel. Cela influence la Hollande et l’Écosse où le sujet revient. En revanche, la Suisse n’épouse pas l’idée avec le non qui l’emporte à 76% au référendum sur la question.

Il s’agit donc d’un rêve pour de nombreuses personnes qui y mettent leur espoir.