FAITES OPPOSITION
SUR VOTRE CARTE RAPIDEMENT
* Les conditions tarifaires sont disponibles en bas de page
< Retour à la liste des articles 12/01/2017
Primes d’intéressement et de participation : comprendre l’épargne salariale
primes-interessement-participation

Véritable outil de motivation pour les entreprises, les primes d’intéressement et de participation ont pour objet la participation des salariés aux résultats de l’entreprise. Touchées en même temps chaque année, ces primes ont pourtant chacune leurs particularités. Si la participation est obligatoire pour les entreprises de plus de cinquante salariés, l’intéressement est, quant à lui facultatif. Quels avantages représentent ces primes pour le salarié ? Le placement de ces primes sur un plan d’épargne salariale est-il vraiment intéressant ?

Épargne salariale : comment ça marche ?

Chaque année, les entreprises procèdent au calcul de la participation aux bénéfices selon une règle mathématique complexe, et au calcul de l’intéressement selon les performances et les résultats de l’entreprise. Ces deux primes, destinées aux salariés, sont plafonnées : 18.774 euros pour la participation, 28.161 pour l’intéressement.

La répartition des primes d’intéressement et de participation est différente selon les entreprises. Ces dernières peuvent décider de verser la même prime pour tous, des primes en fonction des salaires, du temps passé dans l’entreprise, ou en combinant ces deux facteurs.

Blocage ou versement de la participation et de l’intéressement ?

Les primes d’intéressement et de participation ne sont pas soumises aux charges salariales, à l’exception de la CSG et de la CRDS qui sont retranchées par l’entreprise. Lorsque le salarié reçoit ses primes, il a 15 jours pour demander soit le versement de ses primes sur son compte bancaire, soit leur blocage sur un fond comme le Plan d’Épargne Retraite Collectif (PERCO), ou sur un Plan d’Épargne Entreprise (PEE), communément gérés par des organismes financiers comme Natixis.

Dans le premier cas, les primes sont imposables au titre de l’impôt sur le revenu.

Dans le cas du placement sur un plan d’épargne salariale, les fonds sont bloqués pendant 5 ans.

La fiscalité de l’épargne salariale

La fiscalité de l’épargne salariale est avantageuse. Lorsque vous placez vos primes d’intéressement et de participation sur un plan proposé par votre entreprise, vous avez le choix entre des placements monétaires, obligataires, diversifiés ou des actions.

La fiscalité des ces placements est très favorable puisque l’intégralité des plus-values n’est pas soumise à l’impôt.

Abondement et cas de déblocage anticipé

Grâce au PEE, le salarié peut aussi profiter de l’abondement, offert par l’employeur, comme une récompense pour avoir épargner au sein du PEE. Cet abondement peut s’élever jusqu’à 3.000 euros et est totalement dispensé d’impôt. Les primes d’intéressement et de participation versées sur un PEE sont normalement bloquées pour 5 ans. Néanmoins, un événement exceptionnel comme un mariage, une naissance ou encore l’achat d’une résidence principale permettent le déblocage anticipé de son PEE.

Dans le cas du PERCO, on peut récupérer les sommes épargnées au moment du départ à la retraite sous forme de rente ou de capital, mais on peut également demander le versement anticipé de ces sommes avant le départ en retraite dans le cas de l’acquisition d’une résidence principale. Les avantages fiscaux et sociaux du PERCO sont les mêmes que pour le PEE avec en plus un régime de rente très favorable, un abattement de 50% minimum, et un plafond d’abondement de 6.000 euros.

Finalement, le PEE et le PERCO sont de véritables outils pour se constituer une épargne personnelle solide, et avec peu d’efforts.