FAITES OPPOSITION
SUR VOTRE CARTE RAPIDEMENT
* Les conditions tarifaires sont disponibles en bas de page
< Retour à la liste des articles 08/03/2017
Prêt à taux zéro : pour qui et comment en profiter ?
Pret a taux zero

Véritable aubaine, le prêt à taux zéro apporte le sourire à de nombreux ménages qui rêvent de devenir propriétaire. Même s’il constitue une mesure qui charme plus d’un, quelques interrogations subsistent dans son mode d’octroi. À qui s’adresse-t-il réellement, et comment en bénéficier ? Cet article éclairera votre lanterne à ce sujet.

Que faut-il comprendre de ce concept ?

Connue de beaucoup sous l’abréviation de « PTZ », cette forme de microcrédit social se définit par un prêt sans intérêt que l’État met à la disposition des ménages à revenu faible. Il vise à leur permettre d’acheter leur résidence principale s’ils ne parviennent pas à acquérir leur logement au cours des deux dernières années.

Comment accéder au prêt à taux zéro ?

Même si ce type de crédit immobilier constitue aujourd’hui le bonheur de nombreuses familles, il reste soumis à certaines conditions.

Un prêt subordonné à des plafonds de ressources

Parmi les conditions pour prétendre à ce prêt à taux zéro se trouve le plafond de ressources. En effet, ledit crédit s’accorde aux primo-accédants sur la base d’un seuil de revenu, bien déterminé, en fonction de la composition de la famille et de la zone dans laquelle vous envisagez d’investir. Depuis le 1er janvier 2016, ce plafond connut un relèvement, ce qui accroît le nombre de bénéficiaires. Un célibataire, dont le salaire n’excède pas 37 000 euros par an, peut désormais se porter candidat à ce crédit contre 36 000 euros auparavant.

La qualité du demandeur du prêt à taux zéro

Pour bénéficier de cette aubaine financière, il vous faudra également montrer patte blanche de votre statut de non-propriétaire de votre résidence principale durant les deux années qui précèdent la demande du prêt à taux zéro. Cependant, cette condition perd de son aspect obligatoire lorsque les cas suivants se présentent :

  • Vous ou l’un des occupants du logement détenez une carte d’invalidité
  • Vous percevez l’Allocation aux adultes handicapés (AAH) ou l’Allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH)
  • Une catastrophe naturelle ou technologique rend votre logement définitivement inhabitable.

Dans ce dernier cas, la demande devra s’effectuer pendant les deux ans qui suivent la publication de l’arrêté qui constate le sinistre.

Un prêt qui se veut complémentaire

Pour une meilleure efficacité, le prêt à taux zéro doit être combiné avec un autre crédit, car il reste dans l’impossibilité de financer à lui seul la totalité de l’opération. Ainsi, il vous faudra y associer un ou plusieurs autres crédits tels que le Prêt d’accession sociale (PAS), le prêt conventionné, le prêt immobilier bancaire ou encore le prêt épargne logement.

Les établissements qui vous permettent d’en bénéficier

Grâce à la convention que l’état passa avec des institutions financières, de nombreux établissements de crédit comme la Banque Palatine rendent opérationnel ce crédit immobilier. Le primo-accédant peut donc directement adresser sa demande à la structure de son choix. Ce dernier se chargera de l’aider à définir le montant du prêt à taux zéro sur la base de son projet. Il revient également à l’institution de vérifier que vous remplissez toutes les conditions d’éligibilité.

Les ménages modestes peuvent pousser un ouf de soulagement, car avec cet emprunt exceptionnel, devenir propriétaire ne tient plus d’un rêve.