FAITES OPPOSITION
SUR VOTRE CARTE RAPIDEMENT
* Les conditions tarifaires sont disponibles en bas de page
< Retour à la liste des articles 16/01/2017
Mode de paiement : peut-on se passer des banques ?
mode-de-paiement-sans-banques

Alors que de nombreuses alternatives aux offres bancaires voient le jour, notamment avec les FinTech, il est intéressant de se demander si les modes de paiement eux-mêmes peuvent trouver leur avenir en dehors des établissements bancaires. Chèque-vacances, porte-monnaie électronique, Titre Emploi Service Entreprise (TESE), bitcoin… Quelques modèles ont déjà réussi à s’imposer parmi les cartes bancaires, virements et autres moyens bancaires. Focus sur ces modes de paiement non-bancaires et leur évolution.

Le porte monnaie-électronique

Basé sur le même principe qu’une carte bancaire prépayée, le porte-monnaie électronique a été adopté pour sa praticité. Idéal pour le règlement de petites sommes, ce mode de paiement vise à limiter la création de petite monnaie, coûteuse en gestion et logistique pour les banques, comme pour les commerçants.

Le porte-monnaie électronique se présente également comme une solution à l’encombrement que représente la monnaie physique pour un consommateur. Il peut également se distinguer comme un moyen de paiement universel qui permet le paiement de prestations nécessitant une carte spéciale (stationnement, vélib…).

Malgré ses avantages significatifs, Moneo, le porte-monnaie électronique de référence en France, a pourtant pâti de ses inconvénients, jusqu’à disparaître en 2015.

Des modes de paiement alternatifs semblables et plus modernes, comme Google Wallet, sont en train de faire leurs preuves. Pour autant, les transactions qu’ils permettent ne bénéficient pas de l’anonymat qui caractérisait la carte Moneo.

Le chèque-vacances et le ticket restaurant

Acceptés par de nombreux commerçants, notamment dans les secteurs de la restauration et du tourisme, les chèques-vacances et tickets restaurants sont avant tout des avantages en nature proposés au sein de certaines entreprises. Il s’agit donc d’un mode de paiement non-bancaire dont l’utilisation est limitée à certaines fins (impossible, par exemple, de déposer l’argent de ces titres sur son compte bancaire).

En 2014, les titres-restaurant ont évolué pour pouvoir être dématérialisés. Ils peuvent désormais être accessibles via une application pour smartphone ou une carte à puce prépayée. Cette dématérialisation permet notamment d’être débité du montant exact, contrairement aux titres physiques qui ne permettent pas toujours de bénéficier de la restitution de monnaie.

Se passer des banques avec la monnaie virtuelle

Propulsée par l’anonyme « Satoshi Nakamoto », la monnaie virtuelle, à l’image du bitcoin (la plus popularisée), jouit de son exclusivité sur Internet où elle favorise les échanges de devises monétaires en s’affranchissant du système bancaire. Dans le village global que représente le Web, la monnaie virtuelle peut être considérée comme une monnaie locale, disposant de ses propres règles et de son propre système.

Comme pour les autres modes de paiement présentés précédemment, le bitcoin permet de régler ses achats uniquement sur les plateformes acceptant cette monnaie. Néanmoins, la démocratisation des paiements sur Internet et l’augmentation des frais bancaires ouvrent de grandes portes à cette monnaie alternative.