FAITES OPPOSITION
SUR VOTRE CARTE RAPIDEMENT
* Les conditions tarifaires sont disponibles en bas de page
< Retour à la liste des articles 13/04/2017
Employeur : comment rémunérer ses employés
Employeur

Si vous êtes salariés, il est important pour vous de savoir que votre employeur peut vous rémunérer de différentes façons. Fait plus intéressant : le salarié a généralement le choix sur le mode de paiement et peut donc choisir la rémunération qui convient le plus à son profil.

Salaire : les obligations de l’employeur

Un employeur ne peut pas payer ses employés comme bon lui semble. Des règles assez strictes sont imposées par l’État. Un chef d’entreprise est par exemple dans l’obligation de donner le salaire de ses collaborateurs tous les mois à la même période. Dans une grande majorité de sociétés, il a été décidé de rémunérer les travailleurs au début ou à la fin de chaque mois. Le respect de ces délais n’est imposé que dans le cas des salariés. Les intermittents ou les saisonniers ne sont pas soumis aux mêmes règles. Parmi les autres obligations d’un entrepreneur,  celui-ci ne peut verser le salaire de ses employés qu’en période ouvrable, sauf en cas de virement. Il doit également fournir avec le salaire un bulletin de paie pour tous ses employés.

Les différents modes de rémunération

Il existe trois modes de rémunération majeurs qui sont à la disposition d’un employeur. Il y a d’abord le traditionnel virement bancaire ou postal. C’est le moyen le plus sûr et le plus commun pour payer un salarié. Il vous suffit pour cela de donner votre Relevé d’Identité Bancaire (RIB) à votre patron et il s’occupera du reste. Vous pouvez vous procurer un RIB auprès d’une agence de votre banque comme celle de la Banque Postale par exemple, ou directement sur leur site internet. Votre employeur a aussi la possibilité de vous payer par chèque ou par espèce. Dans ce dernier cas, la demande doit venir du salarié et son salaire ne peut pas dépasser 1500 euros. Si une demande de paiement en espèce a été effectuée, le chef d’entreprise ne peut pas légalement s’y opposer.

L’acompte : une solution intermédiaire

Que ce soit pour des difficultés financières ou pour une question de préférence, le salarié peut percevoir son salaire sous la forme d’un acompte. Pour cela, il doit bien sûr en faire la demande à son employeur qui ne peut pas lui refuser pour des raisons légales. Un acompte correspond à la moitié du salaire de l’employé pour une période de quinze jours travaillée. Il ne faut pas confondre un acompte et une avance sur salaire qui n’ont en fait rien à voir. Un acompte permet de rémunérer un salarié ayant déjà réalisé la moitié des heures de travail prévues dans son contrat. L’avance sur salaire correspond à un travail qui n’a pas encore été effectué et par conséquent le chef d’entreprise est libre de l’accepter ou de la refuser.

Primes et cas particuliers

Un employeur a également la possibilité de rémunérer ses employés à l’aide de primes. En théorie, il s’agit d’une récompense que votre employeur est libre de vous offrir quand il le souhaite et dont la somme dépend de son bon-vouloir. Mais en pratique, la loi du travail a déterminé que certaines primes dites « d’usages » peuvent être réclamées par les salariés et peuvent même être un motif d’action au tribunal des prud’hommes. Pour qu’une prime soit considérée comme prime d’usage, il faut que l’entreprise l’ait mise en place depuis au moins trois ans et que celle-ci soit fixe et concerne tous les employés.