FAITES OPPOSITION
SUR VOTRE CARTE RAPIDEMENT
* Les conditions tarifaires sont disponibles en bas de page
< Retour à la liste des articles 14/10/2016
La crise financière : étape par étape
La crise financiere

1929, 1973, 1979, 2007 : autant de dates qui ont marqué l’histoire de nos sociétés sans crier gare. En cause, des crises monétaires et financières responsables de dérèglements économiques aux conséquences désastreuses, et qui ont inspiré de nombreux films sur la finance. Étaient-elles inévitables ? Pas si sûr selon les experts. Dans cet article, nous nous attarderons sur la crise dite financière, autrement appelée « krach boursier ». Quelles sont les causes d’une crise financière ? Comment se déroule une crise ? Découvrez la crise financière expliquée simplement.

Les principales causes de la crise financière

L’enrichissement des banques

Prenons le cas de notre France. Jusqu’en 1974, la Banque centrale prêtait directement à l’État sans aucun intérêt. Ce système d’économie administrée a notamment permis la reconstruction de la France d’après-guerre. C’était sans compter le vote de la loi du 3 Janvier 1973, renforcée avec le traité de Maastricht en 1992, pour privatiser les emprunts de l’État. Désormais, celui-ci doit recourir aux banques privées dont les bénéfices sont comblés par des intérêts qui creusent la dette publique, aujourd’hui estimée à plus de 1500 milliards d’euros.

L’endettement des ménages

Depuis plus de 30 ans, la part des salaires de la redistribution des richesses n’a cessé de baisser au profit des revenus du capital. Ce profit, à l’origine de l’endettement des ménages, creuse toujours l’écart entre les plus riches d’un côté et les plus pauvres de l’autre. C’est cette mécanique d’endettement privé, et même de sur-endettement, qui est notamment à l’origine de la crise des subprimes en 2008.

L’endettement public

En France, lorsque l’on parle d’endettement public, on parle souvent d’excès de dépenses, mais beaucoup moins de manque de recettes. Ce dernier est dû notamment à la multiplication des réductions d’impôts et des exonérations fiscales au bénéfice des plus aisés. Un choix délibéré qui coûte plus de 100 milliards d’euros par an.

Le déclenchement d’une crise financière

L’endettement est aujourd’hui le fondement du mécanisme de création monétaire qui régit notre système. Cependant, avec le creusement de l’écart entre les plus riches et les plus pauvres, cet endettement, via la demande de crédit, s’est affaiblie.

La crise financière expliquée avec la crise des « subprimes »

Si l’on prend l’exemple de la crise des subprimes en 2008, les banques ont, dans un premier temps, revu leurs exigences d’emprunt à la baisse pour palier à l’affaiblissement de la demande de prêts immobiliers. Les prêts accordés à l’origine à des ménages solvables (« prime mortgage ») ont ainsi été accordés à des personnes dont la situation financière était plus instable. On parle alors de « subprimes ».

Ces « subprimes », qui sont des placements financiers risqués, sont devenus, dès lors, des bombes à retardement que les courtiers, banquiers, investisseurs et autres acteurs financiers se revendaient les uns aux autres.

Lorsqu’au bout de la chaîne, les propriétaires ne pouvaient plus rembourser, la mécanique de la crise a alors pris effet. L’offre immobilière est devenue supérieure à la demande et les maisons achetées ont perdu de leur valeur. Les prêteurs solvables ne voulaient ainsi plus rembourser un prêt dont la valeur matérielle a été divisée par plus de 3 dans la plupart des cas. La dette n’était alors plus remboursable ou même revendable par qui que ce soit. La faillite de chacun a entrainé la crise financière qui, elle-même, a été à l’origine d’une crise économique plus grave encore.