FAITES OPPOSITION
SUR VOTRE CARTE RAPIDEMENT
* Les conditions tarifaires sont disponibles en bas de page
< Retour à la liste des articles 04/02/2017
Brexit : HSBC délocalisera 1000 emplois sur Paris
Brexit

Le monde européen assistait durant l’année 2016 au référendum britannique qui bouleversera sans doute la configuration actuelle de l’Union. Le Brexit décidé par le Royaume-Uni implique d’importantes répercussions. Par exemple, le grand groupe HSBC envisage le déplacement d’un nombre élevé d’emplois vers la France. Comment expliquer cette envie soudaine de départ ? Et qu’entraînera cette situation ?

L’Angleterre quitte le navire européen

Au cours de l’année dernière, les Anglais annoncèrent leur envie de quitter le marché unique européen. Ce changement représente un coup dur pour l’Union européenne qui finissait à peine de gérer les problèmes de la Grèce économiquement affaiblie. En réaction au résultat du scrutin, Stuart Gulliver le directeur de HSBC annonce lors d’un entretien accordé à Bloomberg Télévision une nouvelle ère pour son entreprise. Il s’agit du déplacement de près de mille emplois vers une destination nouvelle : la France, ce qui a entraîné une forte hausse du cours du CAC 40.

Le Brexit oblige HSBC à se déplacer

Jean-Claude Juncker le président de la Commission de l’Union européenne s’attend à un nouveau visage de l’économie européenne.

Pourquoi la banque porte-t-elle son choix sur la France ?

Interpellé sur la question au forum de Davos en Suisse, Stuart Gulliver expliquait que parmi les différents départements de HSBC, ce sont ses investissements sur les marchés mondiaux qui prendront des coups avec la sortie du marché unique. Le choix de la France s’impose, car HSBC détenait déjà l’institution monétaire Crédit commercial acquise en 2002. Ce qui donne un avantage certain au groupe qui de surcroît bénéficiera des avantages de l’Union européenne.

Même les politiques se mêlent du Brexit

Paris semble se positionner comme la meilleure ville de l’Union européenne pour accueillir le transfert de la banque qui emploie déjà près de 9500 collaborateurs en France. Les activités qui pourraient se déplacer concernent 20 % des revenus de ses marchés de Londres. Anne Hidalgo, maire de Paris, se réjouit de cette nouvelle, car cela constitue des opportunités d’emploi pour sa ville. Un guichet unique installé dans la ville se charge d’ores et déjà de contacter d’autres entreprises installées à Londres.

D’autres investisseurs envahiront les capitales européennes

Le vent de déménagement causé par le Brexit ne concerne pas que le groupe HSBC dans la zone euro. Le journal allemand Handelsbatt annonce que la firme américaine Goldman Sachs envisage également de déplacer mille emplois de Londres vers Francfort, en Allemagne. D’autres capitales accueilleront des firmes. Il s’agit de :

  • Dublin
  • Lisbonne
  • Amsterdam.

En dehors des inquiétudes et autres manœuvres, ce changement d’environnement arrangera certains pays qui verront leur taux de chômage diminué.

Les dégâts seront quand même énormes

Le cabinet Pwc estime que Londres perdrait entre 70 000 et 100 000 emplois dans le secteur financier d’ici 2020. John Cryan, le patron de Deutsch Bank, envisage avec le Brexit de rapatrier un nombre impressionnant de migrants employés. De son côté, l’Angleterre doit réorganiser son système financier de façon générale. Une vraie tempête en vue alors !

Pendant que les professionnels européens s’inquiètent des conséquences de la défection anglaise, les Français peuvent se réjouir de la décision de HSBC.