FAITES OPPOSITION
SUR VOTRE CARTE RAPIDEMENT
* Les conditions tarifaires sont disponibles en bas de page
< Retour à la liste des articles 04/11/2016
Assurance emprunteur : comment bien la choisir ?
assurance emprunteur

Souscrire un prêt immobilier vous engage sur une durée importante, parfois de plusieurs dizaines d’années. Bien des événements peuvent survenir entre le moment de la souscription et le remboursement intégral de votre crédit immobilier. Si certains de ces événements sont les bienvenus, d’autres, en revanche, peuvent être malencontreux (accident, perte d’emploi, maladie…). Pour vous prévenir de ces malheurs et faire en sorte que ceux-ci n’impactent pas le remboursement de votre prêt, votre banque vous demandera certainement de souscrire une assurance emprunteur. Comment choisir son assurance emprunteur ? Découvrez-le à travers cet article.

Les garanties de l’assurance emprunteur

Parmi les garanties proposées par les assureurs, sachez que la plupart sont obligatoires alors qu’une autre est optionnelle.

Les garanties obligatoires : l’assurance invalidité et l’assurance décès

L’invalidité d’une personne est définie en fonction de plusieurs degrés, exprimés en pourcentage. L’incapacité temporaire totale (ITT), par exemple, est le plus faible degré d’invalidité. Elle est suivie par l’invalidité permanente partielle (IPP) dont le degré est estimé à un minimum de 33%, puis l’invalidité permanente totale (IPT) avec un minimum de 66% d’invalidité. Le plus fort degré d’invalidité (100%) est la perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA). Ce dernier donne les mêmes garanties qu’une assurance décès.

Lorsqu’il s’agit de comparer les assurances emprunteur, assurez-vous que le degré maximal de couverture pris en compte soit approprié, que vous ayez l’âge requis pour bénéficier de cette couverture, et que ce bénéfice vous suive tout au long du remboursement de votre prêt.

Une garantie optionnelle : l’assurance perte d’emploi

Pour bénéficier de la garantie liée à une perte d’emploi, des conditions s’appliquent. Celles-ci peuvent différer selon la compagnie d’assurance. Généralement, on vous demandera d’avoir été employé en CDI depuis au moins 6 mois par le même employeur avant de perdre votre place au sein de cette même société.

Vous devez également faire attention au cadre d’application de cette garantie. D’ordinaire, les assureurs activent l’assurance perte d’emploi en cas de licenciement économique. Par ailleurs, la couverture ne sera pas la même d’un assureur à l’autre. Comparez les pourcentages d’indemnisation et la durée de couverture proposés pour chaque contrat d’assurance emprunteur.

Comparer les tarifs des assurances emprunteur

Les banques et les compagnies d’assurance, comme Groupama, ne proposent pas les mêmes conditions tarifaires. Si vous passez par une banque, le prix de l’assurance emprunteur est communément basé sur le capital initial emprunté. En revanche, les compagnies d’assurance proposent une grille tarifaire en fonction du capital restant dû. Aucune méthode de tarification n’est plus avantageuse que l’autre. Seulement, vous aurez besoin de prendre cette dernière en compte pour pouvoir faire la comparaison des assurances emprunteur.

Pour pouvoir choisir la meilleure assurance emprunteur, vous devez observer :

  • le coût global sur la première année.
    Si celui-ci est plus cher que les autres offres, ne vous attardez pas. La loi Hamon vous permet de changer d’assurance au terme de la première année de votre contrat.
  • le coût de votre assurance sur les 8 premières années du contrat.
    Si les crédits sont généralement souscrits pour une période supérieure à 15 ans, la plupart des emprunteurs ne vont pas jusqu’au bout de la durée de leur prêt. Sachant cela, les organismes d’assurance n’hésitent pas à gonfler les cotisations sur les 8 premières années de contrat.

Sur des contrats comportant le même niveau de garanties, la comparaison des tarifs sur les premières années de votre contrat vous aidera à faire votre choix. D’autant plus que l’assurance emprunteur peut représenter jusqu’à 25% du coût total de votre crédit immobilier !